À propos du roman

L’histoire du projet Daybreak

En 2008, je préparais deux projet de gameplay à proposer à un studio de jeux vidéo. Daybreak était le premier. C’était un jeu d’action-aventure, mettant en avant la coopération entre joueurs et proposant toujours plusieurs possibilités pour réaliser une mission.

Pour moi, un bon jeu vidéo doit voir s’entrelacer le gameplay et l’histoire, qui doivent s’appuyer l’un l’autre. Par exemple, si le héros acquiert une nouvelle arme, ça ne doit pas être lié au hasard, il faut qu’il y ait une justification scénaristique. Et donc, à partir de mon gameplay, j’ai imaginé les personnages jouables, des histoires, une intrigue globable et un univers, que je situe dans le Dublin actuel, parce que je suis follement amoureuse de cette ville, et que ses décors me semblent parfaitement appropriés à une histoire de vampires.

Et là, novembre arrive, horreur et damnation, je découvre l’existence de Left 4 Dead, qui va bientôt sortir, et dont plusieurs éléments rappellent le gameplay de Daybreak, notamment la coopération entre les personnages, l’humour des dialogues, le côté fantastique… et le prénom de la seule fille de l’équipe, Zoey, qui était celui que j’avais choisi pour mon héroïne. Après un coup de déprime et un quasi abandon du projet, je me dis : pourquoi ne pas profiter du NaNo pour en tirer un roman ?

Je modifie les personnages et commence à écrire, mais sans idée d’où je  me dirige réellement (alors que c’était “dans le mur”, bien évidemment ^^). Je raconte deux ou trois missions, mais de nombreux éléments ne collent pas. Pour finalement arriver à mettre à peu près tout en place et créer une vraie histoire cohérente, qui tienne debout, conserve du suspense jusqu’à la fin et explique tout, il me faudra un peu moins d’un an. Et en août-septembre 2009, je m’y remets, et je finis le premier jet du premier quart du livre en novembre.  Plus que trois !

Dernier rebondissement en date, je découvre le titre du dernier Twilight : Breaking Dawn. Si vous voyez soudainement le titre du roman changer, c’est que j’aurais enfin trouver quelque chose de différent ^^