Archives de la catégorie
Blabla

NaNo fini !

Monday, December 17th, 2012

J’ai terminé le NaNo ET mon roman \o/ *danse de la victoire*

J’ai relu mon premier jet (et laissé plein de fautes dedans, boulet de moi), et je l’ai envoyé à quatre personnes. J’attends leur retour en frétillant devant mon PC ^^ Bon, et de quoi ça parle, alors ?

Val a toujours vécu entre la Terre et le Sidhe et c’est le plus naturellement du monde qu’elle est devenue contrebandière. Avec l’accès aux deux mondes, elle devrait pouvoir facilement régler tous ses problèmes, sauf que non. Pas moyen de trouver un moyen de rendre sa voix à Sam. Fort heureusement, le Dagda, un ancien dieu, connait la solution. Il l’enverra sur un chemin dangereux, peuplé de dragons, de chevaliers de la Table Ronde et de châteaux volants.

Quelques nouvelles quotes des chapitres suivants pour vous mettre en appétit :

I hear them talking, and apparently, they were trained in a horror movie, since they decide to split to “cover more ground.” How nice of you, really.

“You should really go to the hospital, you know.”
“I can’t. I left my insurance information in my other petticoat’s pocket.”

Thankfully, the magic of the [artefact] made the traces of the red liquid disappear. I am not sure that the metal is exactly dishwasher-proof.

I make myself a bit more convincing—using words, not my cleavage, I heard what you just thought.

“You do realise that I cannot drive, do you, Roald? They don’t deliver licences in the Sidhe, would you believe it?”

That is awkward. Someone actually expects me to soothe them. How am I supposed to do that? I put my hand on his arm and say “there, there,” as I saw someone do it in a movie. Roald turns slowly his head toward me and looks at me, straight into my eyes. He stays that way for a few seconds, and then a smile lights up his face.
“That was ridiculous.”

“It is either that, or finding a gigantic newspaper, roll it and hit on its nose while shouting ‘Bad dragon.’ It is your choice.”

Tomorrow shall be a hard day for the Dubliners. The beer reserves of the city have dramatically been reduced. Oh, and half the city centre is now ruins.

I remember, a few months ago, telling her about the first time I met a dragon. It was a baby, barely five metres long, and Sion and I supposed to feed it. But instead of that, it sneezed on us and we got covered in green ooze from head to feet—which made Arthur say that we had never looked some much like each other.

“I don’t care, Rosa. I am not 1-800-SAVING-THE-WORLD.”

“It is neither football nor the Twilight fandom. I do not need to pick a team to ensure my survival.”

“A group of Fays just threatened to burn me at the stake, you risked your life by punching one of them, and that is all you have to say?”
He laughs. “That was cool, cialisfrance24.com wasn’t it?”

“Are you sure that you know how to use it?” I ask.
“As sure as I am that a truncated dodecahedron has twelve regular decagonal faces and twenty triangular ones,” he answers.
Well. Let’s just say that he seems sure of himself.

“You do realise that Addancs were just a race of evil beavers?” I ask, sounding probably more disdainful than I intended to, so I explain: “Arthur actually killed the last of them back in the fifth century, more because they were pests than because they were any danger to Fays.”

No word leaves my mouth, but Roald has apparently decided to take the things into his hands: “Parley?”
“Wrong story, Roald, but nice try.”
“I need to work on this whole ‘comeback’ thing, I guess.”

If we were in a fairy tale, I would break a saltshaker in front of [Bad guys], which would force them to count each grain one by one. But this is real life, and even though it sometimes looks ridiculous, I have not sunk that low yet.

Wordle

Saturday, October 20th, 2012

Et un Wordle d’À titre posthume, juste pour le plaisir !

Citations

Saturday, October 20th, 2012

J’ai partiellement relu À titre posthume (vous savez, visiter le site web du posteur le truc que j’avais dit que je ne ferai pas avant des mois), et voici quelques citations qui m’ont faite sourire :

—  Mais tu étais où  ?
—  Pourquoi, je te manque déjà  ?
—  Toi non. Par contre, ma paire d’escarpins…
—  Je ne peux pas lutter contre ça.

— Tu t’es battu pour défendre ta sœur, donc ?
— Je crois que ma réputation de bad-boy vient d’en prendre un coup.

— Il n’a pas toujours été comme ça, l’interrompit Emmanuelle. Quand j’étais jeune, il était très respecté et aidait fréquemment le Conseil à prendre des décisions difficiles.
— En même temps, quand vous étiez jeune, le latin était une langue vivante.

— Honnêtement, je suis une si mauvaise influence que parfois, je me dis qu’il faudrait que j’arrête de me fréquenter. Cigarette ?

— Tu devais nous attendre à la voiture.
— Je voulais vous prévenir qu’ils étaient plus nombreux que prévu.
— C’est gentil, mais on avait remarqué.

— Tu comptes dormir dans mon lit ?
— Il est certainement plus confortable que ton canapé.

Dernière ligne droite

Thursday, October 18th, 2012

Il me reste 3.000 mots plus un épilogue dont la longueur reste à définir, et j’aurais fini ce $*£% de roman. Sérieusement, À titre posthume me sort par les yeux. Mon objectif actuel est de le finir, de l’imprimer, puis de le brûler.

Plus sérieusement (quoi que…), une fois que je l’aurais fini, je pense que je vais soigneusement l’oublier pendant quelques années mois, au moins le temps d’écrire Contrebande, et puis que j’essaierai de le corriger (en sachant https://www.acheterviagrafr24.com/achat-viagra-cialis-levitra/ qu’il faut que je réécrive tout le début pour virer les incohérences). Ensuite, je verrai s’il y a quelque chose de récupérable dedans, parce que pour le moment, j’ai une telle haine de ce truc que j’ai l’impression qu’il n’y a rien d’intéressant dedans.

Bref, dernière ligne droite \o/

EDIT : j’ai rushé. J’ai écrit 3.340 mots aujourd’hui et j’ai fini ce premier jet, qui n’a pas besoin d’un épilogue du coup. 78.737 mots écrits en 142 jours. Je vais mourir dans un coin, je reviens plus tard.

Plusieurs siècles plus tard…

Sunday, October 14th, 2012

… J’exagère un peu, ça ne fait qu’un an. J’ai beaucoup de mal à tenir ce blog à jour, non ? Il faut dire aussi que je ne peux plus voir sa tête et que je ne bosse plus sur Daybreak en ce moment, donc ça n’aide pas.

Quelques nouvelles : je suis toujours en région parisienne à faire du support technique toujours comprar viagra en argentina online plus spécialisé dans des domaines inintéressants, mais je suis maintenant manager d’une équipe d’une personne composée de moi-même. Yeah moi. (Et pour répondre à mon dernier post, je suis non seulement maintenant propriétaire d’une tringle à rideaux et d’un porte-serviette, mais également d’une chaise de bureau dont les vis ne tombent pas quand j’éternue. C’est le grand luxe.)

Côté écriture, je bosse depuis maintenant un peu plus de quatre mois à l’écriture d’À titre posthume, une histoire de sorciers, de prophéties, de trahison et un peu d’amour au milieu, quand même. J’en suis à un peu plus de 70.000 mots et j’aimerais vraiment terminer le premier jet avant la fin du mois, mais j’ai l’impression de ne plus en voir le bout ^^”

Le 1er novembre commence le NaNo et je m’attelerai à la rédaction de Contrebande, un roman fantasy que j’aimerais écrire directement en anglais, même si j’ai peur que mon niveau ne me freine et m’empêche d’atteindre les fatidiques 1.667 mots par jour. On verra. Cela racontera l’histoire de Val, une humaine élevée à Avalon qui en ramène des objets magiques vers notre monde et vice-versa avec des objets technologiques (et des romans à l’eau de rose, ça dépend de ses clients :P ), tout en évitant les Chevaliers de la Table Ronde dont le rôle est d’empêcher la communication entre les deux mondes. Grâce à son accès privilégié aux deux mondes, elle peut absolument tout trouver… sauf l’endroit où elle a vraiment sa place.

Évidemment, elle est accompagnée dans la quête de ses origines par une galerie de personnages secondaires complètement allumés : Sam, une ex-chanteuse qui a perdu sa voix, Sion, un korrigan passionné de mécanique et qui se verrait bien pilote de rallye, Logan, un auteur humain drogué à la poussière de rêve, Viv, une fée dont la puissance magique n’a d’égale que son amour pour les romans à l’eau de rose, Rosalind, barmaid le jour, chevalier de la Table Ronde la nuit, Arthur, humain mais roi des fées, et Bertram, un professeur de mythologie qui n’aurait jamais pensé trouver une base réelle à ses études.

Avec un peu de chance, tout ça ne dépassera pas les 60.000 mots, mais étonnamment, je n’y crois plus trop. Tant pis.

Bon, je vous laisse, j’ai 1.000 mots à écrire aujourd’hui, plus une trame à développer pour le NaNo, plus un morceau à bosser à la guitare ^^

Le monde du travail

Friday, July 8th, 2011

Je pense que si Dante avait connu le monde actuel de l’entreprise, il aurait défini les cercles de l’enfer différemment.

J’ai pour tâche permanente de maintenir à jour une base de données que personne n’a le droit d’utiliser (pour des raisons de sécurité…) à partir d’informations que les gens oublient de me donner, tout en triant les centaines de viagra sans ordonnance mails que je reçois chaque jour pour voir si quelque chose d’important s’est passé (environ 200 déjà aujourd’hui, et il n’est que midi), auquel cas je dois contacter un collègue pour m’assurer qu’il a bien vu le même mail.

Comme ça n’occupe pas mes journées, je dois également me trouver moi-même des occupations qui font avancer l’entreprise, ce qui fait que ces jours-ci, je fais du data-mining sur 37 000 emails reçus au cours de ces 5 dernières années.

Ah oui, et pour obtenir ce travail passionant, j’ai dû mettre en avant mon anglais courant, ma maitrise avancées des outils informatiques, mon DEUG de science politique et mon master 1 en communication.

J’avais toujours cialis et troubles du rythme cardiaque pensé que le jour où chéri et moi aurions deux salaires, je pourrais finalement m’acheter des trucs, histoire de vivre un peu au lieu de survivre. On n’a toujours pas les moyens d’acheter un porte-serviettes pour la salle de bains, ou une tringle à rideaux pour le salon. Nos fins de mois n’ont été plus difficiles que pendant la période où j’étais étudiante et chéri au chômage, c’est dire.

Garantie

Friday, December 24th, 2010

C’est très rare que je fasse remplacer un objet sous garantie. D’abord, parce qu’en général, ils tombent en panne trois jours qu’elle soit finie (mon vieux Toshiba, par exemple). Ensuite, parce que j’oublie qu’elle existe, ou que je perds les papiers.

Je suis une grande fan de Sennheiser pour mes casques depuis très longtemps, et surtout de leur gamme neckband (ces casques qui passent derrière le cou), les PMX. Les casques traditionnels me serrent et me causent des migraines, ou se cassent la figure parce qu’ils ne sont pas assez serrés. J’ai eu deux PMX60 (les plus petits de la gamme), et ils sont morts de la même façon : la prise Jack qui lâche.

Cherchant ensuite un https://www.acheterviagrafr24.com/achat-viagra-en-ligne-belgique/ casque fermé, como se toma la viagra je me suis tournée vers le PMX200 (le plus gros de la gamme), que j’ai beaucoup apprécié malgré un défaut de conception qui me causait des douleurs de la nuque après une écoute prolongée assise. Cette fois-ci, j’ai soigneusement conservé les papiers de garantie, et j’ai bien fait, la prise Jack et un écouteur ont lâché un mois avant qu’elle soit finie (je me sers de mes casques plusieurs heures chaque jour, et ils ont tendance à traîner dans mon sac à main).

Donc début novembre, je renvoie mon PMX200 au SAV, ils m’appellent fin novembre pour me dire que le PMX200 n’est plus produit (c’est un mensonge : il n’a juste jamais été livrable en France, j’ai dû faire des pieds et des mains pour le faire importer des US, où il est toujours référencé dans le catalogue) et qu’ils vont me renvoyer un PMX60. Dont la valeur est 3 fois plus faible que le PMX200. Je dis à la nana que ça ne va pas être possible, elle promet de voir ce qu’elle peut faire et de me rappeler.

Aujourd’hui, le livreur de Chronopost sonne. Colis immense de Sennheiser que j’ouvre pour découvrir… un PX200 (avec une boîte en anglais, donc importé d’un pays anglophone). Donc un casque similaire au PMX200, mais pas neckband. Donc inutilisable pour moi. Super.

Donc au final, pour une fois que j’utilise la garantie, je vais devoir quand même racheter le produit. Peut-être que c’est pour ça que je ne m’en servais jamais en fait : je me doutais bien que le Père Noël n’existait pas.

Cher Papa Noël…

Thursday, December 23rd, 2010

Mon cher Papa Noël,

Pourrais-tu désormais livrer tes cadeaux avec tes rennes et cesser d’utiliser le service postal ?

Un de mes cadeaux de Noël a été envoyé des États-Unis il y a maintenant

bien deux semaines. Avant-hier, j’ai eu dans ma boîte aux lettres un avis de passage, car la poste ne livre pas les grosses lettres et les dépose directement au bureau de poste. Enfin, directement, c’est vite dit.

Hier, je suis donc allée à la poste récupérer mon cadeau, qui n’y était pas encore arrivé pour une sombre histoire de centre de tri. J’y suis donc retournée aujourd’hui, sous la pluie. Et cette fois, après une bonne demie-heure de recherche, on m’a annoncé qu’un facteur était reparti avec le sac postal qui contenait mon colis.

Il faut donc que j’attende que ce facteur dépose à

nouveau un avis de passage dans ma boîte aux lettres (pas avant la semaine prochaine, où évidemment je ne serai pas chez moi), puisque la poste ne livre toujours pas les grosses lettres, pour pouvoir retourner faire la queue pendant des

heures à la poste et le récupérer.

Je l’aurais donc après le Nouvel An, alors qu’il a été envoyé à la mi-décembre.

Il serait donc appréciable qu’à l’avenir, Papa Noël, tu ne délègues pas tes envois postaux.

Te remerciant par avance,

Khyreena.

PS : Tu as de la chance, je ne t’ai même pas parlé des travaux, qui ont diminué le nombre de guichets, et par là même les conditions d’accueil des clients ET les conditions de travail des guichetiers.

EDIT du lendemain : j’ai reçu un viagra sans ordonnance coup de fil de la poste, je vais pouvoir récupérer mon colis aujourd’hui \o/

Meme d’écriture – Questions 21 à 31

Tuesday, December 21st, 2010

21. Êtes-vous du genre à partir d’une idée, écrire, et prévoir le scénario en chemin, ou à tout planifier avant de commencer l’écriture, même si par la suite vous devez dévier de votre synopsis ?

Je planifie tout à l’avance ! Et je dévie très peu, parce que si je dévie, je suis comme un GPS, je dois replanifiermon trajet jusqu’à la fin, et ça prend du temps ^^

22. L’endroit le plus insolite où vous avez eu une idée géniale qu’il vous était impossible de noter ?

Hum… Comme Ness, je ne vais pas vraiment dans des endroits insolites, donc je n’ai pas trop ce souci. Par contre, il m’arrive de temps en temps d’avoir de bonnes idées en me retournant dans mon lit, et évidemment, à ce moment-là, mon fiancé dort. Je me retrouve généralement à noter tout ça sur mon téléphone (un Nokia vieux comme le monde dont l’écran est en train de me lâcher T_T), le tout sous la couette pour ne pas faire de lumière et risquer de le réveiller ^^”

23. Lorsque vous écrivez, revenez-vous sur vos phrases pour les corriger au fur et à mesure, ou êtes-vous plutôt du genre à ne pas revenir en arrière tant que l’inspiration est là ?

Naturellement, j’ai tendance à retourner en arrière, mais j’ai pris conscience que ça me ralentissait, voire me stoppait dans mon élan. Du coup, je me force à avancer sans trop chercher, et si je commence à trop regarder en arrière, je sais qu’il est temps d’arrêter pour la journée.

24. Écrivez vous « porte ouverte » (en montrant tout au fur et à mesure à vos lecteurs), ou « porte fermée » (en ne montrant rien tant que le point final n’a pas été posé, et la relecture effectuée) ?

On peut répondre “entrouverte” ? ^^ Je montre / lis en général des extraits, mais pas l’intégralité du texte. Simplement parce que mes premiers jets sont rarement de qualité suffisante pour être montrés. Et puis je préfère montrer des textes définitifs, qui ne risquent pas de changer pour une raison ou pour une autre (style, scénario…).

25. Avez-vous un planning d’écriture où vous échelonnez votre production à venir ?

Ohla non. Jamais je n’arriverais à le tenir ^^

26. En moyenne, combien de fois revenez-vous sur un texte pour le corriger ?

Très honnêtement, je n’en sais rien. En gros, jusqu’à ce que je sois satisfaite, au minimum deux fois.

27. Avez-vous déjà participé à un NaNoWriMo (www.nanowrimo.org) ?

Oui, et j’ai lamentablement échoué. Je suis incapable de https://www.acheterviagrafr24.com/achat-viagra-cialis-en-ligne/ tenir un rythme sur un mois entier, je n’ai pas assez de volonté.

28. Parlez-vous de ce que vous écrivez à vos proches et amis non écrivant ?

Je passe mon temps à en parler à mon fiancé (qui doit vraiment craquer, le pauvre), et j’évoque quelques aspects avec d’autres amis (en général en parlant de Lou, parce que Lou-BJD traîne dans un coin ^^). Après, c’est sûr que j’en parle surtout avec Ness, qui écrit et ne compte apparemment pas.

29. Bêta-lisez-vous ? Si oui, cela influence-t-il votre manière d’écrire ? Si non, levitra 20mg buy yahoo pourquoi ?

Pas de bêta-lecture pour moi, sans raison particulière.

30. Quel a été votre premier texte abouti ?

Mes textes aboutis sont des nouvelles, et je serai incapable de dire laquelle a été la première. J’ai beaucoup de mal à parler d’aboutissement en évoquant ces nouvelles, d’ailleurs, parce qu’il faut bien avouer que je ne les aime plus trop, maintenant ^^”

31. Qu’écrivez-vous en ce moment ? (c’est la même question que la 01, mais votre réponse est peut-être différente…)

En ce moment, je bosse plutôt sur À titre posthume. J’essaie de garder ce qui avait de l’intérêt et rentrait dans le thème central et de virer le reste, mais comment me séparer de Liam et Connor ? ^^

Crise de fangirlsime aigu

Thursday, December 16th, 2010

Quand j’étais au lycée (au début des années 2000), puis à la fac (quelques années plus tard), j’étais hyper fan de K’s Choice. C’était mon groupe préféré, je passais tout mon maigre argent de poche dans leurs CDs, souvent en Suisse en import parce qu’ils n’étaient pas forcément évidents à trouver en France.

Et puis en 2003, ils se sont séparés, Sarah et Gert sont partis faire des carrières solos chacun de leur côté, et ça m’intéressait moins, parce que ce que j’aimais vraiment, c’était le mélange des deux voix, tellement natural, tellement évident. D’ailleurs, si aujourd’hui je compose tellement de duos, c’est probablement à cause d’eux.

Bref, 2003, c’était triste, tout ça tout ça (en plus, ça a pas été l’année la plus glorieuse de ma vie, mais passons).

Cette semaine, je suis sur Paris (enfin, Raccoon City, un genre de village peuplé uniquement de zombies, situé paradoxalement trop près et trop loin de Paris), donc ma petite soeur m’a prêté sa voiture, et comme elle n’a qu’un lecteur CD, j’ai récupéré mes vieux K’s Choice.

Je n’ai pas acheté de CD depuis 2005 environ, donc sans mon iPod, ma discographie est un peu old school (genre dans ma pochette CD, il y a l’intégrale de K’s Choice, les OST des 3 premiers Harry Potter, celui du Lion King et du Evanescence ^^”). Du coup, avec le recul, je me suis dit que je serais curieuse  d’écouter ce que Sarah avait pu faire pendant sa carrière solo, et je suis partie à la recherche d’infos sur le net.

Je me retrouve donc sur kschoice.be, et là, la surprise la plus totale : ils ont ressorti un album ! Je continue à regarder, en me disant que s’ils sont en tournée, j’irai à l’autre bout de l’Europe s’il le faut pour les voir enfin en concert (ouais, enfin, l’autre bout, Allemagne ou Belgique, pas en Hongrie non plus, hein). Mais en fait, je n’en aurais même pas besoin : ils seront https://www.viagrasansordonnancefr.com/viagra-en-ligne/ en concert à Lyon le 30 janvier ! Moi qui comptait aller voir Miyavi une deuxième fois, tant pis pour lui, ce sera K’s Choice :)

C’est bête, mais de savoir ça m’a fait du bien, c’était complètement inattendu et ça m’a bien remotivée !

Ah, et j’ai eu des nouvelles de Morrígan : elle est en cours d’emballage en Chine, elle devrait partir d’ici une semaine. J’espère que je serai chez moi quand elle va arriver !