Posts Tagged ‘À titre posthume’

Wordle

Saturday, October 20th, 2012

Et un Wordle d’À titre posthume, juste pour acheterdufrance.com le plaisir !

Citations

Saturday, October 20th, 2012

J’ai partiellement relu À titre posthume (vous savez, visiter le site web du posteur le truc que j’avais dit que je ne ferai pas avant des mois), et voici quelques citations qui m’ont faite sourire :

—  Mais tu étais où  ?
—  Pourquoi, je te manque déjà  ?
—  Toi non. Par contre, ma paire d’escarpins…
—  Je ne peux pas lutter contre ça.

— Tu t’es battu pour défendre ta sœur, donc ?
— Je crois que ma réputation de bad-boy vient d’en prendre un coup.

— Il n’a pas toujours été comme ça, l’interrompit Emmanuelle. Quand j’étais jeune, il était très respecté et aidait fréquemment le Conseil à prendre des décisions difficiles.
— En même temps, quand vous étiez jeune, le latin était une langue vivante.

— Honnêtement, je suis une si mauvaise influence que parfois, je me dis qu’il faudrait que j’arrête de me fréquenter. Cigarette ?

— Tu devais nous attendre à la voiture.
— Je voulais vous prévenir qu’ils étaient plus nombreux que prévu.
— C’est gentil, mais on avait remarqué.

— Tu comptes dormir dans mon lit ?
— Il est certainement plus confortable que ton canapé.

Dernière ligne droite

Thursday, October 18th, 2012

Il me reste 3.000 mots plus un épilogue dont la longueur reste à définir, et j’aurais fini ce $*£% de roman. Sérieusement, À titre posthume me sort par les yeux. Mon objectif actuel est de le finir, de l’imprimer, puis de le brûler.

Plus sérieusement (quoi que…), une fois que je l’aurais fini, je pense que je vais soigneusement l’oublier pendant quelques années mois, au moins le temps d’écrire Contrebande, et puis que j’essaierai de le corriger (en sachant https://www.acheterviagrafr24.com/achat-viagra-cialis-levitra/ qu’il faut que je réécrive tout le début pour virer les incohérences). Ensuite, je verrai s’il y a quelque chose de récupérable dedans, parce que pour le moment, j’ai une telle haine de ce truc que j’ai l’impression qu’il n’y a rien d’intéressant dedans.

Bref, dernière ligne droite \o/

EDIT : j’ai rushé. J’ai écrit 3.340 mots aujourd’hui et j’ai fini ce premier jet, qui n’a pas besoin d’un épilogue du coup. 78.737 mots écrits en 142 jours. Je vais mourir dans un coin, je reviens plus tard.

Plusieurs siècles plus tard…

Sunday, October 14th, 2012

… J’exagère un peu, ça ne fait qu’un an. J’ai beaucoup de mal à tenir ce blog à jour, non ? Il faut dire aussi que je ne peux plus voir sa tête et que je ne bosse plus sur Daybreak en ce moment, donc ça n’aide pas.

Quelques nouvelles : je suis toujours en région parisienne à faire du support technique toujours comprar viagra en argentina online plus spécialisé dans des domaines inintéressants, mais je suis maintenant manager d’une équipe d’une personne composée de moi-même. Yeah moi. (Et pour répondre à mon dernier post, je suis non seulement maintenant propriétaire d’une tringle à rideaux et d’un porte-serviette, mais également d’une chaise de bureau dont les vis ne tombent pas quand j’éternue. C’est le grand luxe.)

Côté écriture, je bosse depuis maintenant un peu plus de quatre mois à l’écriture d’À titre posthume, une histoire de sorciers, de prophéties, de trahison et un peu d’amour au milieu, quand même. J’en suis à un peu plus de 70.000 mots et j’aimerais vraiment terminer le premier jet avant la fin du mois, mais j’ai l’impression de ne plus en voir le bout ^^”

Le 1er novembre commence le NaNo et je m’attelerai à la rédaction de Contrebande, un roman fantasy que j’aimerais écrire directement en anglais, même si j’ai peur que mon niveau ne me freine et m’empêche d’atteindre les fatidiques 1.667 mots par jour. On verra. Cela racontera l’histoire de Val, une humaine élevée à Avalon qui en ramène des objets magiques vers notre monde et vice-versa avec des objets technologiques (et des romans à l’eau de rose, ça dépend de ses clients :P ), tout en évitant les Chevaliers de la Table Ronde dont le rôle est d’empêcher la communication entre les deux mondes. Grâce à son accès privilégié aux deux mondes, elle peut absolument tout trouver… sauf l’endroit où elle a vraiment sa place.

Évidemment, elle est accompagnée dans la quête de ses origines par une galerie de personnages secondaires complètement allumés : Sam, une ex-chanteuse qui a perdu sa voix, Sion, un korrigan passionné de mécanique et qui se verrait bien pilote de rallye, Logan, un auteur humain drogué à la poussière de rêve, Viv, une fée dont la puissance magique n’a d’égale que son amour pour les romans à l’eau de rose, Rosalind, barmaid le jour, chevalier de la Table Ronde la nuit, Arthur, humain mais roi des fées, et Bertram, un professeur de mythologie qui n’aurait jamais pensé trouver une base réelle à ses études.

Avec un peu de chance, tout ça ne dépassera pas les 60.000 mots, mais étonnamment, je n’y crois plus trop. Tant pis.

Bon, je vous laisse, j’ai 1.000 mots à écrire aujourd’hui, plus une trame à développer pour le NaNo, plus un morceau à bosser à la guitare ^^